Réflexion sur les réfugiés et les migrants (poil aux dents)

J’avais moi aussi envie de mettre mon grain de sel (ou de sable) dans toute cette gigantesque machine à fantasmes qu’est l’accueil des migrants, bien que je préfère fortement le terme de réfugiés.

Ma modeste prose sera plus une thérapie personnelle qu’un moyen de changer certains regards.

Pourtant je pense qu’il ne faut en aucun cas avoir le moindre sentiment de pitié ou de compassion pour ces malheureux. Ce sont de pauvres gens, bien souvent très peu cultivés, capables du pire et dénués dans la grande majorité des cas de toute forme de dignité.

Oui, car c’est bien de tous ces français boursouflés d’égoïsme, prétentieux et incapables de tendre la main à des opprimés dont je parle. Un ange est passé pendant quelques secondes…

un-syrien-porte-ses-deux-filles-dans-les-rues-devastees-d-alep-le-9-juillet-2014_4980961

Savez-vous ce qu’est une ville dévastée par la guerre ? Bien sûr que non, moi non plus d’ailleurs, et je n’ai vraiment pas envie de le savoir. Je me sens déjà assez honteux devant ces vidéos de chaos tranquillement assis dans mon canapé.

Les migrants vont donc venir violer nos femmes et voler nos poules, et accessoirement siphonner nos allocations familiales et mettre en péril notre modèle social.

Violer NOS femmes ?

Sérieusement.

Vous devriez changer votre expression en « violer VOS femmes » car aucun homme au monde ne souhaiterait violer VOS femmes. Vos femmes en couple avec de tels racistes dénués de la moindre once d’humanité. Vos mégères apprivoisées. Vos femmes aigries, racistes, rassurez-vous, personne ne veut les violer.

Savez-vous à quoi aspire l’immense majorité de ces réfugiés ?
Bizarrement à la même chose que tout le monde, un toit étanche, un boulot, le calme, la tranquillité, et une vie meilleure que la leur pour leurs enfants (ça ne devrait pas être trop difficile s’ils ne rentrent pas dans leur pays).
Ça ne vous dit rien ça ? Un toit, un boulot, le calme, la tranquillité, une vie meilleure pour vos enfants ? Mais si, c’était vos souhaits aussi pour le futur quand vous étiez plus jeunes et moins racistes surtout.

4860863_6_2576_des-milliers-de-syriens-ont-fui-alep-en-raison_b370bac92a0e3b37f9f9f7d965f46e09

Mais il n’y a pas que les anti-migrants qui me posent un problème. Il y a aussi les faux pro-migrants. Tous ces bons samaritains sur le qui-vive pour relayer avec tant d’émotion, sur leur grand réseau social commençant par F comme Faux, ces images ou ces articles sur les réfugiés car il est de bon ton de donner des leçons et surtout de montrer qu’on est quelqu’un de bien qui s’offusque et tout et tout. Une façon de se rassurer sur sa capacité à s’indigner.
Facebook ou le niveau zéro de l’engagement social.
Combien de ces bons samaritains ont réellement fait un geste ?
Donner des vêtements, des meubles, proposer une aide quelconque ?
Peu, très peu.
Ah mais je vois que certains d’entre vous sont ravis d’accueillir des migrants près de chez eux (et le font savoir surtout), mais pourquoi ne pas les accueillir chez vous ? Ah vous n’avez pas la place, c’est bien dommage. Et puis vous avez raison, ça va faire de la saleté.

2386686

Je vous le disais plus haut, cette histoire est une immense machine à fantasmes.

Comme dans la majorité des histoires, les plus à plaindre sont souvent les enfants. Les enfants des réfugiés certes, mais aussi les enfants de ces gros cons de franchouillards racistes qui vont être élevés dans cette ambiance puante et cette idée nauséabonde que l’autre est l’ennemi. Quand vont-ils comprendre que l’autre est une chance ?

Alors que faire pour lutter contre autant de bêtise et d’ignorance ?

Peut être en élevant nos enfants, voire en les trempant, dans une grande bassine d’humanité et d’ouverture vers l’autre afin que plus tard, grâce à leur culture, leur force de caractère, leur persuasion, leur esprit critique, ils parviennent à changer le visage de ce pays qui me fait chaque jour un petit peu plus honte que la veille. Plus le temps passe et plus la France devient la pays de la déclaration des droits de l’Homme et de moins en moins le pays des droits de l’Homme. Une petite différence sémantique mais une grande différence idéologique.

Lui aussi est allé jouer dehors...
Lui aussi est allé jouer dehors…

Il existe aussi une autre façon de lutter contre cette bêtise et cette ignorance. Trouver une lampe, la frotter, en faire sortir un génie et quand il vous demandera trois vœux vous lui direz :
– envoyer les racistes à Alep,
– envoyer les racistes à Alep,
– envoyer les racistes à Alep.

En attendant de trouver la lampe, concentrez-vous sur ma première proposition.

Pour ceux qui veulent voir Alep avant et après la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *