Une certaine idée de la langue française !

S’il y a bien un sujet sur lequel je suis pointilleux c’est l’usage de la langue française. Que des gens ne maîtrisent pas leur langue maternelle me hérisse le poil.

Les « voyent », « croivent », « comme même » me collent des boutons purulents. Oui je sais c’est dégoûtant mais rassurez-vous, quand je suis en société j’ai toujours un petit flacon de Biactol sur moi.

Il y a quelques jours à la maison avec ma chère et tendre, nous parlions du besoin de perpétuer la variété de la langue française en nous adressant à nos morveux. Par exemple je m’adresse à eux fréquemment avec des mots d’argot.

Pourquoi toujours dire « pantalon », quand froc, falzar, bénouze ou futal méritent tout autant leur place ?

Pourquoi se cantonner à des chaussures quand godasses, godillots, croquenots, targettes ou savates sont largement plus rigolos ?

Et encore, je ne vous dresse pas ici la liste des synonymes de fouindé ! Vous chercherez par vous même.

Honorine a bien fait rire ses grands parents quand, en prenant une bouchée trop chaude avec sa fourchette, elle s’est fendue d’un « Ouah ça m’a brûlé la couenne ».

Ou quand Elie au restaurant demande d’une voix tonitruante à la serveuse qui vient prendre commande pour l’apéro « moi je veux du PINARD ou de la BINIOUSE ». La ce sont les gens du restaurant qui sont surpris.

Bref, enrichissez le vocabulaire de vos enfants. Au lieu de perpétuer des traditions débiles (et j’en ai plein en tête mais je ne veux froisser personne), perpétuez plutôt notre langue si riche et si imagée parfois.

Repensez aux expressions de vos grands parents. Vous ne pensez pas qu’ils auraient aimé que ces mots traversent le temps ?

Si vous avez envie après cet article d’enrichir votre vocabulaire argotique, je ne peux que vous conseiller l’excellent site languefrancaise.net et son merveilleux dictionnaire argotique Bob.

Argot

Une réflexion au sujet de « Une certaine idée de la langue française ! »

  • 3 octobre 2016 à 6 h 48 min
    Permalink

    Michel Audiard se défendait de faire parler ses personnages en argot.
    Il revendiquait un langage très métaphorique, comme l’argot, saupoudré de seulement quelques mots de la langue verte.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *